Un festival de couleurs et de sons

Au cœur des Caraïbes, le festival mondial de la musique créole prend vie, peignant la Dominique des couleurs vibrantes du madras et des rythmes pleins d’âme de notre héritage commun. Ici, au milieu des mélodies et des rires, Richès Karayib est le témoin de la tapisserie de la riche diversité culturelle de notre région. C’est un lieu où la musique, la danse et les vêtements traditionnels convergent pour célébrer nos racines communes et nos histoires distinctes.

Artistes et spectacles : Une mosaïque de talents

Pour l’édition 2022 du festival mondial de musique créole, l’affiche comprenait un mélange d’artistes locaux et internationaux dans un éventail de genres tels que le bouyon, la cadence, le kompa, le zouk, le dancehall, le reggae et le soca. Voici un résumé des artistes qui se sont produits :

La Jamaïque a accueilli des artistes de reggae et de dancehall tels que Shenseea, Christopher Martin, Sizzla et Dexta Daps.

Pour les amateurs de zouk et de compas, Jocelyne Béroard, ancienne chanteuse du groupe Kassav, était présente aux côtés des artistes haïtiens de musique Kompa K-Dilak & Bedjine, Enposib, Chire Lakay, et du chanteur français de reggae-dancehall Admiral T.

Le festival a également présenté une solide sélection de talents dominicains locaux, dont Asa Bantan de Bouyon Boss, TK International, WCK, le groupe First Serenade, vieux de près de 40 ans, les Midnight Groovers, icônes de la cadence, “le plus jeune et le plus méchant” Signal Band, l’artiste de dancehall Colton T, et le groupe Kompa Extacy. Pour leur première apparition en tant qu’artistes solo sur la scène du festival, Reo, le prince frais du bouyon, et Carlyn XP, la reine du bouyon, ont fait une apparition remarquée.

En outre, les superstars africaines Burna Boy et Omah Lay faisaient partie de l’affiche, marquant un mélange diversifié de styles musicaux et d’origines culturelles, malgré certains débats communautaires sur l’inclusion de musique non créole dans le festival.

Ce riche mélange d’artistes a permis d’offrir un large éventail de musique répondant à différents goûts et contribuant à l’objectif du festival de célébrer la culture et la musique créoles.

Parmi les stars, Patrice Roberts se distingue, symbole de l’énergie et du dynamisme caribéen. Son spectacle, qui mêle les rythmes contagieux de la Soca et les récits de la vie insulaire, captive à la fois les habitants et les visiteurs.

À travers l’objectif de Richès Karayib, le Festival mondial de musique créole transcende son rôle d’événement musical. Elle devient une vitrine vivante de la richesse culturelle des Caraïbes, une plateforme pour les artistes et un phare pour l’unité et l’échange culturel.

Alors que le festival s’achève, les mélodies persistent, rappelant avec douceur notre héritage commun et la joie collective que la musique peut apporter.

Richès Karayib repart avec une inspiration renouvelée et un engagement réaffirmé à célébrer et à promouvoir le patrimoine culturel diversifié des Caraïbes.

Jazz sous les étoiles

La scène jazz martiniquaise a récemment été mise en lumière par les événements captivants “Jazz An Ba Tol”, un festival qui s’inscrit dans la dynamique de l’appréciation de la culture afro-caribéenne à travers la musique. Depuis sa première édition en novembre 2023, suivie d’un deuxième chapitre en février 2024, cet événement a touché les esprits et les cœurs des amateurs de jazz.

Édition 2023-2024

L’éveil des sens : Première édition (novembre 2023)

Organisée au Jardin de Monique au François, la première édition a été une véritable révélation, mêlant habilement improvisation, partage et découvertes culturelles. Décrit comme un “laboratoire de recherche sur la culture, l’art et la création”, l’événement a offert une plateforme à des artistes de jazz afro-caribéens passionnés et dévoués. Outre la musique, les participants ont pu assister à des expositions d’art et à des spectacles de danse, ce qui a enrichi l’expérience globale.

Continuité et innovation : Deuxième édition (février 2024)

La deuxième édition, qui s’est également déroulée au Jardin de Monique, a été marquée par d’importantes innovations. Mettant l’accent sur la pluralité artistique, il proposait des spectacles de musique électro-urbaine, des séances de peinture et de lithothérapie, ainsi que des spectacles de danse urbaine et contemporaine. Des artistes de renom comme Georges Granville et Thérèse Henry ont apporté leurs talents, reflétant la diversité et la richesse du patrimoine du jazz.

Perspectives d'avenir

“Jazz An Ba Tol” reste un espace privilégié d’expression et de transmission culturelle.

Au fil des éditions, le festival invite à une réflexion sur l’identité afro-caribéenne tout en favorisant un espace d’échange intergénérationnel.

Les prochaines éditions sont attendues avec impatience, promettant de nouvelles explorations artistiques et culturelles.

L’ambition de “Jazz An Ba Tol” est non seulement de s’imposer comme un événement important dans le calendrier culturel martiniquais mais aussi comme un rendez-vous incontournable du jazz afro-caribéen à l’échelle régionale et internationale.

Joachim Des Ormeaux – Membre de l’association organisatrice JAM DO OVER